<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://dc.ads.linkedin.com/collect/?pid=265777&amp;fmt=gif">

Ressources

Cancer du col de l'utérus - Protégez-vous!

Bien que 9,6 millions de personnes meurent chaque année du cancer, nous savons qu’au moins le tiers des cancers les plus fréquents peuvent être prévenus. Chaque année, le 4 février, la Journée mondiale contre le cancer fournit aux gens les moyens d’agir en leur donnant accès à de l’information et des connaissances sur le cancer, les méthodes de prévention et les moyens de réduire le risque.


Le cancer du col de l’utérus est l’un des cancers les plus faciles à prévenir. En 2017, toutefois, environ 1550 femmes canadiennes ont reçu un diagnostic de cancer du col de l’utérus et, malheureusement, 400 d’entre elles en sont décédées, classant ainsi le cancer du col de l’utérus au 4e rang des cancers de l’appareil reproducteur les plus courants chez les femmes au Canada à l’heure actuelle.


Le cancer du col de l’utérus est une tumeur maligne qui prend naissance dans les cellules du col de l’utérus. Une tumeur maligne peut s’étendre (métastases) à d’autres parties du corps. Les cellules du col de l’utérus subissent parfois des changements qui rendent leur mode de croissance ou leur comportement anormal. Les changements subis par les cellules du col de l’utérus peuvent aussi causer des états précancéreux. Cela signifie que ces cellules anormales ne sont pas encore cancéreuses, mais qu’elles risquent de le devenir si elles ne sont pas traitées. La plupart des femmes qui présentent des changements précancéreux dans les cellules de leur col de l’utérus sont traitées avec succès et ne développent pas de cancer.

 

Vous avez des questions de santé? Communiquez instantanément avec un professionnel de la santé par messagerie texte ou vidéo.

EN SAVOIR PLUS SUR LES SOINS VIRTUELS

 


L’importance du test PAP


La plupart des cancers du col de l’utérus sont diagnostiqués chez des femmes qui n’ont jamais subi de test de dépistage ou qui n’en passent pas régulièrement. Le test de dépistage est le seul moyen de détecter les changements précoces pouvant mener à un cancer du col de l’utérus. « Je ne saurais trop insister sur l’importance du test PAP », déclare Dre Brown. En Ontario, les tests PAP sont recommandés dès l’âge de 21 ans si la patiente est déjà sexuellement active. Si le test est normal, le test de dépistage devrait être fait par la suite tous les trois ans.


Prévention possible du VPH et du cancer du col de l'utérus


Le plus important facteur de risque du cancer du col de l’utérus est l’infection par le virus du papillome humain (VPH), qui infecte le col de l’utérus. Il est donc également possible de se protéger contre le cancer en se faisant vacciner contre le VPH. Il s’agit de l’infection transmise sexuellement la plus courante, et plus de 40 types de VPH sont transmissibles lors des relations sexuelles, par contact génital cutané (peau sur peau) et lors de relations sexuelles buccogénitales. Et bien que la plupart des personnes exposées au VPH éliminent le virus grâce à la réponse du système immunitaire, le VPH persistant peut entraîner de multiples cancers. Ces cancers peuvent infecter les parties génitales des hommes et des femmes, y compris le col de l’utérus, la vulve, le vagin, l’anus, le rectum et le pénis.


Comme pour bien d’autres cancers, arrêter de fumer contribue à réduire votre risque de cancer du col de l’utérus puisque la nicotine joue également un rôle dans son développement.


Bien que nous ayons la chance au Canada d’avoir accès à des soins de santé financés par le gouvernement, des millions de Canadiennes ne passent pas régulièrement de test PAP ou ne sont pas vaccinées contre le VPH. Nous immunisons maintenant les garçons et les filles dans le système scolaire à travers le pays. Et c’est important. Mais il n’y a pas d’âge limite d’exposition, ni d’âge limite pour être vacciné. La prévention est le meilleur moyen de réduire vos chances de faire face à une maladie grave. Parlez à votre médecin Medisys et recevez votre test PAP lors d’un bilan de santé préventif. Prenez en compte votre risque personnel d’exposition au VPH et discutez du vaccin.


L’Australie, qui utilise beaucoup de vaccins, a annoncé que le cancer du col de l’utérus ne serait plus un problème de santé publique d’ici 2024 car il y a de moins en moins de cas. Faisons du Canada le deuxième pays au monde à pouvoir faire une telle annonce. Nous avons les outils, utilisons-les. Cliquez ici pour en savoir plus ou prendre rendez-vous.