<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://dc.ads.linkedin.com/collect/?pid=265777&amp;fmt=gif">

Ressources

FAQ avec la Dre Lyndall Schumann, psychologue clinicienne agréée

La Dre Lyndall Schumann est une psychologue clinicienne agréée qui apporte son soutien aux enfants, aux adolescents et aux adultes en offrant des services d’évaluation, de diagnostic et de traitement à la clinique Union Health Clinic ainsi que sur l’application Akira de TELUS Santé. La Dre Schumann emploie des méthodes fondées sur des données probantes et axées sur le client, et travaille habituellement dans un cadre de thérapie cognitivo-comportementale et de thérapie centrée sur les émotions.

 

Q : De quelle manière l’exercice de votre profession a-t-il changé depuis le début de la pandémie de COVID-19?

R : Du jour au lendemain, mes activités sont passées de séances de traitement données principalement en personne à des séances exclusivement virtuelles. Bon nombre des patients que je rencontrais en personne ont mis leur traitement en veilleuse, tandis que de nouveaux patients ont entrepris des séances virtuelles avec moi sur Akira. Ainsi, je réponds à de nombreux besoins exprimés par différentes personnes, qui travaillent de la maison pour la plupart, et qui ne suivaient pas de psychothérapie auparavant. Certains ont enfin le temps de travailler avec une psychologue. D’autres ont plus de mal à composer avec des problèmes sous-jacents de dépression, d’anxiété ou de trouble obsessionnel-compulsif, par exemple, en raison du stress lié à la crise mondiale de la COVID et cherchent du soutien. 

 

Obtenir plus d'information sur les soins de santé virtuels

 

Q : Comment pouvons-nous mieux protéger notre santé mentale en cette période difficile?

R : Nos réseaux de soutien social sont extrêmement importants pour nous aider à faire face au stress que nous vivons actuellement ainsi qu’à toutes les difficultés qui en découlent sur le plan de la santé mentale, mais nous devons garder nos distances par rapport aux autres. Mes recommandations sont habituellement très individualisées et adaptées aux difficultés spécifiques auxquelles mes patients font face. Certains conseils courants comprennent le maintien d’un contact social avec les autres de façon virtuelle, peut-être en clavardant ou en donnant rendez-vous à des amis ou à des membres de la famille par vidéoconférence ou au téléphone. Certains ont besoin de le faire quotidiennement. L’exercice, le sommeil et l’alimentation sont également des aspects de notre santé que nous ne pouvons pas négliger, sous peine d’en subir des effets négatifs pour notre santé mentale. Poser des gestes pour améliorer son propre bien-être et celui des autres aide à renforcer le sentiment de pouvoir agir sur sa situation dans une période d’incertitude. Accepter ce que nous ne pouvons pas contrôler dans cette situation est également crucial. Les petits gestes dans la bonne direction peuvent avoir un effet de ricochet qui remonte le moral et renforce notre capacité de faire face à la situation. 

 

Q : Cette situation pose des défis différents pour chacun. Quel est le premier conseil que vous donnez aux personnes vivant seules, qui doivent composer avec le travail et les enfants à la maison ou qui ont perdu leur emploi?

R : Si vous vivez seul, bavardez quotidiennement avec un ami ou un parent. Si vous le pouvez, faites-le par vidéo, puisque la communication est plus riche lorsque nous pouvons voir les signes non verbaux, comme le sourire, les manières et les mouvements. 

Si vous devez composer avec le travail et les enfants à la maison, abaissez vos attentes envers vous-même et lâchez prise sur tout ce qui n’est pas essentiel. On vous a confié la tâche insurmontable de travailler tout en vous occupant de vos enfants. Essayez de faire bouger vos enfants et joignez-vous à eux. 

Si vous avez perdu votre emploi, vous devez accepter de ne pas être en contrôle de la situation et trouver quelque chose d’utile où mettre des efforts; peut-être un projet que vous aviez l’intention de réaliser, mais pour lequel vous n’avez jamais eu de temps. Rappelez-vous que cette situation est temporaire et que de nombreuses personnes sont dans une situation similaire. 

 

Joindre le défi pour la santé mentale

 

Q : Parlez-nous d’un défi que vous avez dû surmonter durant cette pandémie?

R : J’ai deux enfants d’un an et de quatre ans avec moi à la maison, et un conjoint qui travaille également. Après quelques différends, nous avons dû trouver une meilleure façon de communiquer au sujet de la logistique entourant le partage de la surveillance des enfants, mais également quant aux situations où nous éprouvions de la frustration ou le sentiment de ne pas être appréciés. Le niveau de stress de chacun a augmenté, et nous devons communiquer nos émotions et nos besoins clairement. Il est important d’exprimer vos besoins et vos désirs, mais également de négocier sans que l’un ou l’autre ne se mette sur la défensive. En plus de tout cela, mon aîné s’ennuie de l’école, de la routine et de ses amis, et éprouve beaucoup d’émotions intenses qui peuvent se traduire en comportements difficiles.

 

Q : Avez-vous observé des côtés positifs à cette pandémie?

R : Il y a un peu moins de pollution dans l’atmosphère. Aussi, j’aime à penser que la nature s’éveille en ce printemps comme elle le fait toujours, mais qu’on lui laisse peut-être un peu plus d’espace et de tranquillité pour le faire en ce moment. 

 

Cliquez ici pour en savoir plus sur les soins de santé virtuels.