<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://dc.ads.linkedin.com/collect/?pid=265777&amp;fmt=gif">

Ressources

Genre et santé mentale

Par Medisys le October 20 2020 | Santé Mentale et Bien-Être

Remarque : Medisys soutenue par TELUS Santé respecte et accueille les personnes s’identifiant à tout genre dans ses cliniques de l’ensemble du Canada. Cet article examine l’impact des rôles de genre masculins et féminins sur la santé mentale en se fondant sur la recherche actuellement disponible. Des recherches supplémentaires examinant le lien entre la santé mentale et les autres identités sexuelles restent nécessaires.

 

Vous trouverez peut-être surprenant d’apprendre que la prévalence de la maladie mentale est presque identique chez les hommes et les femmes. Toutefois, il y a des différences marquées dans la façon dont les problèmes de santé mentale se manifestent chez chaque sexe.

De nombreuses études ont démontré que le sexe est un facteur déterminant de la santé mentale, et ce, dès l’enfance. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) résume le lien entre les sexes et la santé mentale, de l’enfance à l’âge adulte, comme suit :

  • Enfance : la plupart des études constatent une prévalence accrue de troubles de comportement (comme les comportements agressifs et antisociaux) chez les garçons que chez les filles.
  • Adolescence : les filles affichent une prévalence bien plus élevée de dépression et de troubles alimentaires, et ont plus souvent des idées suicidaires et des tentatives de suicide que les garçons. Pour leur part, les garçons sont plus susceptibles de vivre des problèmes liés à la colère, d’adopter des comportements à risque élevé et de se suicider que les filles.
  • Âge adulte : la prévalence de la dépression et de l’anxiété est nettement plus élevée chez les femmes, alors que la toxicomanie et les comportements antisociaux sont plus courants chez les hommes.

 

Examinons de plus près le rôle que joue le sexe dans certains problèmes de santé mentale courants, ainsi que la raison derrière celui-ci.

 

DÉPRESSION ET ANXIÉTÉ

La dépression est le problème de santé mentale le plus fréquent chez les femmes. Elle est deux fois plus prévalente chez les femmes que chez les hommes et constitue aujourd’hui l’une des principales causes d’invalidité à l’échelle mondiale. Il est intéressant de noter que la dépression peut-être également plus persistante chez les femmes que les hommes, mais de plus amples recherches sont nécessaires afin d’évaluer cette distinction.

En outre, les femmes ont aussi deux fois plus de risques de souffrir d’anxiété que les hommes, mais celles-ci ont davantage tendance à intérioriser leurs émotions, entraînant par le fait même isolement et dépression. Les hommes ont plutôt tendance à extérioriser leur anxiété par des comportements agressifs, impulsifs ou coercitifs.

 

Pourquoi?

Les rôles de genre, les facteurs de stress associés au mode de vie, les conditions de vie difficiles et les facteurs biologiques peuvent exposer les femmes à des risques plus élevés de dépression et d’anxiété que les hommes.

À titre d’exemple, la plupart des proches aidants sont des femmes, lesquelles s’occupent de leurs enfants, des enfants des autres, de leur partenaire, de leurs parents ou d’une personne atteinte d’un handicap ou d’un problème de santé chronique. 75 % de ceux qui prennent soin d’une personne atteinte de maladie mentale sont des femmes.

De plus, les femmes doivent souvent jongler avec de multiples rôles et tâches, notamment les travaux ménagers, le travail de parent et le travail salarié, ce qui constitue un autre facteur pouvant ajouter au stress et au sentiment d’être dépassé par les événements chez plus de femmes que d’hommes. Pour citer un exemple actuel, les femmes ont été touchées de façon disproportionnée par la pandémie de COVID-19 en matière d’impact sur la santé mentale : en effet, les femmes sont plus susceptibles que les hommes de signaler une détérioration de leur santé mentale depuis le début de la pandémie au Canada (25,5 % par rapport à 21,2 %). En outre, 30,5 % des femmes canadiennes sont d’avis que leur vie est devenue « assez » ou « extrêmement » stressante depuis la pandémie de COVID-19, par rapport à 24,0 % des hommes.

Malheureusement, les femmes sont beaucoup plus susceptibles de vivre dans la pauvreté que les hommes, ce qui signifie un accès moindre aux ressources communautaires et de soins de santé que les hommes, et ce, à l’échelle mondiale.

Bien entendu, des changements hormonaux uniques aux femmes (phase prémenstruelle, grossesse, postpartum, préménopause et ménopause) peuvent aussi avoir une influence importante sur l’humeur, voire aggraver la dépression ou l'anxiété, surtout lorsqu’ils sont associés à d’autres facteurs.

 

 

Obtenez un soutien en santé mentale en tout temps avec Akira par TELUS Santé.Obtenir plus d'information sur les soins de santé virtuels

 

TROUBLE DE STRESS POST-TRAUMATIQUE (TSPT)

Malheureusement, les femmes sont plus susceptibles que tout autre groupe de subir les contrecoups des conflits violents, des guerres civiles, des catastrophes et des déplacements : environ 80 % des 50 millions de personnes dans le monde exposées à de telles conditions de vie sont des femmes et des enfants. Il n’est donc pas surprenant que les femmes composent le principal groupe atteint de TSPT.

Pourquoi?

Outre les conditions horribles décrites ci-dessus, plus de femmes que d’hommes ont des préoccupations liées à leur propre sécurité, à la violence fondée sur le sexe et à l’abus sexuel. Les femmes peuvent également être plus réticentes à divulguer leurs expériences de victimisation que les hommes, ce qui complique davantage le diagnostic et le traitement de la maladie.

 

ALCOOLISME

Le taux de prévalence au cours de la vie de la dépendance à l’alcool est plus du double chez les hommes que les femmes : environ 1 homme sur 5 par rapport à 1 femme sur 12 développera une dépendance à l’alcool au cours de sa vie. Cependant, il est important de noter que les hommes sont également plus susceptibles que les femmes de divulguer leurs problèmes de consommation d’alcool à leur fournisseur de soins, ce qui pourrait fausser les statistiques sur la prévalence.

 

Pourquoi?

Une étude a constaté que lorsque les hommes et les femmes consomment une quantité semblable d’alcool, les hommes éprouvent une libération accrue de dopamine — une hormone qui provoque un sentiment de bien-être — par rapport aux femmes. Toutefois, les stéréotypes sexistes concernant la propension des hommes à l’alcoolisme pourraient jouer un rôle dans la prévalence de cette maladie.

Sans surprise, les préjugés sexistes interviennent également dans le traitement de la maladie mentale. Par exemple, les médecins seront plus enclins à diagnostiquer la dépression chez les femmes que chez les hommes et à leur prescrire des médicaments psychotropes, même en présence de symptômes identiques. Cette réalité fait ressortir encore davantage le besoin criant d’un accès au soutien en santé mentale au travail, à domicile et dans nos collectivités.

Si vous ressentez une augmentation des sentiments de tristesse, d’anxiété ou de désespoir, n’hésitez pas à communiquer avec votre fournisseur de soins de santé ou ouvrez une session dans Akira par TELUS Santé afin de démarrer une consultation virtuelle avec l’un de nos cliniciens. Quels que soient votre genre ou la nature de votre problème de santé mentale, nos fournisseurs de soins de santé sont formés pour vous apporter une aide immédiate en matière de santé mentale. Nous sommes à votre disposition, 24 heures sur 24, 365 jours sur 365.

 

Obtenir plus d'information sur les soins de santé virtuels

 

Sources :

En français :

https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/45-28-0001/2020001/article/00047-fra.htm 

En anglais seulement :

https://www.who.int/mental_health/prevention/genderwomen/en/

https://www.healthline.com/health-news/how-can-we-reduce-mens-mental-health-stigma        

https://www.who.int/mental_health/media/en/242.pdf?ua=1  

https://www.psychologytoday.com/ca/blog/talking-about-men/201705/gender-and-mental-health-do-men-matter-too        

https://www.mentalhealth.org.uk/a-to-z/w/women-and-mental-health

https://www.womenshealthmatters.ca/health-centres/mental-health   

https://ramh.org/guide/gender-differences-in-mental-health/   

https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/depression/in-depth/depression/art-20047725               

https://www.sciencedaily.com/releases/2010/10/101018112308.htm