<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://dc.ads.linkedin.com/collect/?pid=265777&amp;fmt=gif">

Ressources

Jeûner ou ne pas jeûner? Telle est la question.

Certains prétendent que le jeûne est la voie vers une perte de poids durable, une santé optimale et même une vie plus longue; mais le jeûne mérite-t-il vraiment tout ce battage médiatique?

Au cours de l’histoire, le jeûne a servi de moyen de réflexion sobre, de réforme saine, de protestation et de prière de contemplation. Techniquement, le jeûne est défini comme étant «s’abstenir de toute ou d’une partie de nourriture ou boisson, en particulier par «respect religieux» ou «pour des raisons médicales ou expérimentales». La raison, le type et la durée du jeûne est laissé à l’interprétation du praticien. Divers groupes religieux s’engagent régulièrement ou périodiquement dans des jeûnes individuels ou communautaires – à titre d’exemple, Mahatma Ghandi a jeûné pendant 21 jours complets en signe de protestation contre la domination britannique sur l’Inde.

Plus récemment, le jeûne intermittent et les «cures» sont de plus en plus utilisés et commercialisés pour la gestion du poids, du diabète ou des maladies cardiovasculaires. Un certain nombre de variations existent; la durée définie (s’abstenir de nourriture et boissons contenant des calories pendant des intervalles de 12 à 16 heures); la sélection de journées précises (jeûne tous les deux jours) et le jeûne périodique (par exemple cinq jours d’alimentation normale suivis de deux jours de jeûne). Les «jours de jeûne», de très petites quantités de calories - par exemple, 25 pour cent ou moins des besoins énergétiques quotidiens normaux - sont consommées. Le jeûne limite les réserves d’énergie à court terme - on pense donc que pendant les périodes de jeûne le corps puise dans les réserves de graisse, contribuant ainsi au métabolisme des graisses et à la perte de poids, en plus d’autres avantages pour la santé.

Le Canadien moyen consomme plus de calories qu’il n’en a besoin. Par conséquent, les taux d’obésité, de diabète et de maladies cardiovasculaires augmentent à des niveaux alarmants. Puisque le jeûne intermittent se traduit fondamentalement par une consommation réduite de calories sur une période de temps, cela aurait du sens qu’une personne qui jeûne régulièrement consomme moins de sucres raffinés, de graisses malsaines et d’aliments transformés sur cette même période de temps, expliquant ainsi les potentiels bénéfices du jeûne sur la santé.

 

Cet article pourrait intéresser votre entourage; partagez-le!

     

 

QU’EN DIT LA SCIENCE?

La plupart des études mettant en lumière les risques et les avantages potentiels du jeûne ont tiré leurs conclusions grâce aux résultats obtenus sur les animaux sur lesquels l’étude a été menée. Dans ces études, les données semblent prometteuses - quoique présentant des résultats mitigés - le jeûne intermittent peut offrir des avantages en ce qui concerne la gestion ou l’atténuation du diabète, des maladies cardiovasculaires, du cancer et des troubles neurologiques, y compris la maladie d’Alzheimer. Les études menées sur des participants humains ont mis l’accent sur la perte de poids,la réduction du cholestérol et la gestion de la glycémie. Jusqu’à présent, ces études ont uniquement mis en lumière des résultats sur le court terme et ont impliqué un nombre relativement faible de participants. Récemment, un essai clinique aléatoire d’une année1 - la plus grande et plus longue étude du genre - a conclu que le jeûne d’un jour sur deux n’a pas donné de meilleurs résultats en termes de perte de poids, maintien du poids, contrôle de la glycémie ou avantages cardiovasculaires par rapport aux sujets qui consommaient une quantité réduite de calories dans l’ensemble, sans jeûne. Sur la base des résultats préliminaires de cette étude et d’autres recherches, il est probable que les approches du jeûne intermittent telles que le jeûne d’une journée ne sont pas plus efficaces qu’une simple réduction de l’apport calorique.

Il est important de garder à l’esprit que les participants d’études comme celle mentionnée ci-dessus sont souvent suivis par une équipe de professionnels de la santé qui leurs fournissent des conseils en matière de nutrition, même pendant les périodes de non-jeûne. Leurs habitudes alimentaires sont donc modifiées non seulement pendant les jours de jeûne, mais également tous les jours. Les chercheurs affirment que la clé du jeûne intermittent est d’éviter de trop manger durant les journées de non-jeûne. En réalité, cependant, la plupart des personnes qui pratiquent le jeûne intermittent finissent par trop manger et consommer des aliments malsains sur les jours non jeûnés.


JEÛNER OU NE PAS JEÛNER?

Tout bien considéré, le jeûne peut aider certaines personnes à briser le modèle de manger par habitude au lieu de par faim, aider certaines personnes à apprendre comment se sentir plus rempli avec de plus petites quantités de nourriture ou aider certaines personnes à devenir plus tolérantes au sentiment de faim. Cependant, la plupart des professionnels de la santé conviennent que le jeûne n’est pas un moyen plus sain de perdre du poids et n’a pas montré être plus efficace que les approches classiques d’un maintien de régime sain et équilibré combiné à une activité physique régulière.

Il est important de considérer les différentes répercussions de réduire drastiquement sa consommation de nourriture, peu importe la durée, y compris le risque de carences en nutriments. Jeûner, au moins au début, peut causer des maux de tête, de la fatigue, des vertiges, des étourdissements, de l’irritabilité et des nausées. La réduction significative et/ou abrupte de certains aliments peut également exacerber ces symptômes.

 

Avant d'envisager une «solution» drastique telle que le jeûn, commencez par un changement d'alimentation sain, simple et sans danger pour votre santé! Joignez notre défi gratuit 30 jours sans sucres raffinés et réduisez votre consommation de sucre! Cliquez ici pour joindre le défi!

 

«Bien que nous ne soyons pas cliniquement dépendants d’un aliment seul, nous sommes tous programmés pour chercher de la nourriture», explique Dr Farrell Cahill, responsable de la recherche pour le Groupe Santé Medisys. «Lorsque nous réduisons sévèrement notre consommation d’aliments pendant une longue ou courte période de temps, nous ne devrions pas sous-estimer l’impact potentiel que cela peut avoir sur notre mieux-être psychologique», annonce Cahill. De plus, alors que le jeûne peut induire une perte de graisse, il peut également induire une perte de masse musculaire - en particulier lors des jeûnes à long terme si les besoins quotidiens en protéines ne sont pas atteints. Le jeûne rend également difficile le maintien des niveaux d’énergie requis pour faire de l’exercice, entraînant une diminution de l’activité physique, ce qui est également contre-productif.

 

De plus, le jeûne amène le corps à entrer dans un mode d’«autoconservation», modifiant votre métabolisme pour conserver l’énergie lorsque l’apport calorique est sévèrement restreint. Par conséquent, lorsque vous revenez à des habitudes alimentaires normales, le corps commence à stocker de l’énergie, ce qui entraîne une prise de poids rapide.

 

Alors que le jeûne intermittent peut fournir un régime alimentaire structuré qui empêche certaines personnes de trop manger, pour beaucoup, cette approche se retourne contre eux ou est insoutenable. Le jeûne peut être particulièrement risqué et déconseillé aux enfants; aux femmes enceintes, essayant de concevoir, ou allaitant; aux personnes diabétiques ou hypoglycémiques; aux personnes âgées; aux personnes ayant des antécédents de troubles de l’alimentation; ainsi qu’à celles prenant une certaine médication.

Dans la société d’aujourd’hui, manger est beaucoup plus qu’un moyen pour satisfaire nos besoins quotidiens en énergie et en nutriments – cela répond à des besoins physiques, émotionnels et sociaux. Un régime alimentaire restrictif, comme le jeûne, influence notre perception des signaux de la faim et de la satiété, entravant notre capacité à répondre à ces signaux de manière appropriée. Le jeûne peut finir par nous priver du plaisir de manger.

 

Consultez votre médecin ou diététiste Medisys avant d’envisager un régime diététique. Il est important de vous assurer que tout nouveau régime est adapté pour répondre à vos besoins uniques et prend en compte votre état de santé actuel.

Prendre rendez-vous avec une diététiste

 

LE CONSEIL DE RACHEL:

Au lieu d’entrer dans un jeu de privation, cherchez à atteindre des habitudes alimentaires saines et durables. Écoutez votre corps et soyez conscient de ce que vous mangez et quand vous le mangez. Les démarches vers un mode de vie sain ayant connues le plus de succès ont ces éléments en commun: l’apport calorique adéquat (ni trop, ni trop peu), une qualité nutritionnelle optimale et de l’activité physique régulière. Choisissez et appliquez ce qui fonctionne avec votre horaire et votre style de vie et surtout, que vous pourrez suivre à long terme. Mon conseil est de commencer à écouter votre corps - il vous dira quand vous avez faim, il vous dira quand vous êtes rempli. Votre corps est programmé pour vous dire ce dont il a besoin; tout ce que vous avez à faire est d’écouter!

À propos de l’auteur: Membre de l’Ordre professionnel des diététistes du Québec, Rachel est une diététiste agréée basée à la clinique Medisys de Montréal. Diplômée de l’Université McGill d’un baccalauréat en sciences en diététique et nutrition humaine suite à l’obtention d’un baccalauréat en anatomie et biologie cellulaire., elle a depuis joué un rôle important dans le processus de soins aux patients en effectuant des stages en médecine interne, en chirurgie gastro-intestinale et en insuffisance rénale, ainsi qu’en apportant des conseils dans des domaines tels que les soins gériatriques, la gestion du poids, la nutrition sportive et la santé préventive et le mieux-être. Chez Medisys, Rachel offre des conseils nutritionnels personnalisés ainsi que des conférences en entreprise pour éduquer et habiliter les clients de tous âges et de toutes conditions de santé, les aidant à prendre des décisions éclairées sur leurs habitudes alimentaires et les guidant vers les meilleurs choix pour qu’ils atteignent leurs objectifs. Rachel croit en l’importance de prendre plaisir à manger et guide ses patients vers une alimentation équilibrée, pour une santé optimale d’une manière simple, naturelle et durable. Pour plus d’informations ou pour prendre rendez-vous, veuillez contacter Rachel à rachel.malcangi@medisys.ca.