<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://dc.ads.linkedin.com/collect/?pid=265777&amp;fmt=gif">

Ressources

La ménopause: facteur de stress au travail?

La ménopause est un événement normal et naturel que toutes les femmes vivent. Elle est définie comme la fin de la fertilité et de la fonction ovarienne en raison d’une diminution des hormones oestrogènes et progestérone. La ménopause est confirmée lorsqu’une femme n’a pas eu de règles pendant 12 mois consécutifs. En Amérique du Nord, l’âge moyen de la ménopause est de 52 ans.


COMPRENDRE LA MÉNOPAUSE

La période qui précède la ménopause est appelée péri-ménopause; elle résulte des changements dans les niveaux d’hormones ovariennes, et peut commencer à la fin de la trentaine ou au début de la quarantaine et durer plusieurs années. Au cours des années de reproduction maximale, les niveaux d'œstrogènes augmentent et diminuent de façon assez prévisible tout au long du cycle menstruel. Mais au cours de la péri-ménopause, les niveaux d’œstrogène fluctuent de façon imprévisible, diminuant parfois, augmentant d’autres fois encore plus que dans les jeunes années. Pendant la péri-ménopause, les femmes peuvent encore ovuler et tomber enceintes, il est donc important d’utiliser un moyen de contraception jusqu’à un an après les dernières règles afin d’éviter une grossesse.

La ménopause prématurée décrit la ménopause qui se produit avant l’âge de 40 ans. Elle peut être spontanée ou être une ménopause induite, causée par des traitements médicaux comme la chimiothérapie ou la radiothérapie, ou par des procédures qui endommagent ou enlèvent les ovaires. Les femmes qui connaissent une ménopause induite sont généralement plus jeunes et ont souvent des symptômes plus graves que les femmes qui ont une ménopause naturelle.

La postménopause est la période après la ménopause durant laquelle les ovaires ont cessé de produire des oeufs, le niveau d’oestrogène est très faible et le risque de maladies associées à ce faible taux d’oestrogène, comme l’ostéoporose et les maladies cardiaques, augmente.

 

 

Les bilans de santé préventifs Medisys sont personnalisés. Obtenez un service-conseil au sujet de la ménopause, de l'ostéoporose, du syndrome prémenstruel, des problèmes de fertilité et plus.

PRENDRE RENDEZ-VOUS OU OBTENIR DES INFORMATIONS

 

 

Toutes les femmes vont passer par la ménopause, mais chacune d’entre elles en fera l’expérience d’une manière unique.

L’œstrogène, l’hormone dominante chez la femme, agit en se fixant aux récepteurs - comme une clé dans une serrure - situés dans plusieurs tissus et organes du corps humain, comme l’utérus, les ovaires, les seins, le vagin et la vulve, la musculature du plancher pelvien, l’urètre, la vessie, les os, le cerveau, le cœur et le foie. Au cours de la transition vers la ménopause, de la période de reproduction à la ménopause, les femmes subissent de nombreux changements physiques.

La plupart des gens savent que les bouffées de chaleur et les sueurs nocturnes sont courantes avec la ménopause, mais les femmes peuvent avoir des symptômes qu’elles ne reconnaissent pas comme étant liés aux changements hormonaux de la péri-ménopause et de la ménopause, tels que:

• Périodes menstruelles irrégulières, plus intenses ou plus légères, plus courtes ou plus longues, absentes, pertes sanguines;

• Incontinence urinaire, telle que uriner en toussant ou en riant, urgence urinaire, comme devoir aller immédiatement à la salle de bain, infections fréquentes de la vessie, connues sous le nom d’infections urinaires (ITU);

• Sécheresse vaginale et démangeaisons, douleurs sexuelles, saignements pendant les rapports sexuels;

• Faible libido;

Gain de poids;

• Peau sèche et qui démange;

Fatigue, manque d’énergie;

• Maux de tête, douleurs musculaires et articulaires;

Anxiété, palpitations cardiaques;

• Sautes d’humeur, tristesse, irritabilité, colère, manque d’estime de soi, « moral à zéro » et même dépression;

Troubles du sommeil, tels qu’une difficulté à s’endormir ou à rester endormi, réveils fréquents, insomnie;

• Difficulté à se concentrer (« brouillard cérébral ») et problèmes de mémoire.

 

La ménopause n’est pas une maladie, et certaines femmes la traversent sans difficulté, mais une ménopause incommodante affecte les femmes qui en souffrent - et leurs partenaires, leurs enfants, leur famille, leurs amis et leurs collègues. Elle affecte la qualité de vie, et les femmes qui font également l’expérience de bouffées de chaleur, de sueurs nocturnes, de troubles du sommeil, de difficultés de concentration, d’oubli, de maux de tête, de douleurs articulaires, de fatigue, d’anxiété et d’irritabilité voient leur carrière affectée.

Selon Statistique Canada, plus de 3 millions de femmes âgées de 45 à 64 ans ont un emploi. C’est plus que les populations combinées de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick, de l’Île-du-Prince-Édouard et du Manitoba. Environ 80 % des femmes de ce groupe d’âge déclarent être touchées dans une certaine mesure par les changements physiques, psychologiques et émotionnels de la transition vers la ménopause.

La plupart des femmes sont mal préparées, peu informées voir même mal informées sur la ménopause et beaucoup ont de la difficulté à reconnaître certains symptômes (par exemple douleurs articulaires et musculaires, sautes d’humeur, manque de mémoire, manque de concentration, sensation de dépression ou baisse de confiance) liés au changement hormonal. Elles pensent que ces symptômes sont dus à d’autres pathologies telles que le stress, la démence et la santé mentale, ce qui peut leur faire peur, et lorsqu’elles sont mal diagnostiquées, elles peuvent être traitées de façon inappropriée.


VIVRE SA MÉNOPAUSE AU TRAVAIL


Il est difficile de quantifier l’impact de la ménopause sur le lieu de travail, car la plupart des femmes ne réalisent pas que ce qu’elles vivent est dû à des changements hormonaux, et celles qui le réalisent ne sont pas à l’aise de discuter de leurs difficultés et des véritables raisons de leur congé maladie en raison d’un manque de soutien et d’incompréhension de leurs besoins de santé pendant la ménopause.

Une étude réalisée en 2013 au Royaume-Uni a montré que les femmes ménopausées avaient des dépenses annuelles de santé supérieures de 40,7%, prenaient 21,3% plus de congés maladie et présentaient une baisse de productivité de 10,9 % par rapport aux femmes sans symptôme. On a estimé que pour les femmes présentant des symptômes, le coût annuel estimatif des soins de santé supplémentaires était de 2 042 $.

Une étude menée aux États-Unis en 2015 a suivi des femmes présentant des symptômes vasomoteurs non traités (flashs et sueurs nocturnes) pendant 12 mois et conclu que « les coûts annuels directs par femme étaient plus élevés et que ces femmes avaient 57 % plus de jours de perte de productivité indirecte, correspondant à un coût supplémentaire par patient et par an associé à un VMS non traité de 770 $ US ». En plus de l’absentéisme, la ménopause non traitée entraîne aussi le présentéisme - fait d’être présent au travail mais, en raison de la maladie, d’être sous-performant.

Plus les symptômes sont fréquents et gênants, moins les femmes sont satisfaites de leur travail, plus leur engagement envers l’entreprise est faible et plus l’intention de démissionner est grande. Même si les symptômes de la ménopause ne durent que quelques années, les femmes gravement touchées peuvent quitter leur emploi au plus fort de leur carrière avec un fardeau personnel et économique important pour elles et pour leur employeur, puisque remplacer un employé ayant de nombreuses années de connaissances et d’expériences accumulées est coûteux de plusieurs façons.

Parfois, les conditions de travail et les facteurs organisationnels - par exemple le stress, le surpeuplement, les endroits mal ventilés, le manque d’accès à des toilettes appropriées et des réunions formelles peuvent contribuer à l’aggravation des symptômes de la ménopause au travail. Les femmes doivent avoir la meilleure qualité de vie professionnelle possible, être capables de travailler aussi longtemps qu’elles le souhaitent et ne pas être freinées par des problèmes liés à la ménopause. Les femmes d’âge moyen n’ont pas besoin d’une prise en charge formelle et de considérations spéciales, mais bien que nous ne devrions pas problématiser un événement naturel comme la ménopause, il faut le traiter comme un enjeu de santé au travail, comme la grossesse par exemple. La disponibilité d’outils éducatifs, d’information, de soutien et de traitements améliore la qualité de vie et permet aux femmes en milieu de vie de conserver leur rôle important sur le marché du travail.

 

Saviez-vous que Medisys offre des conférences en milieu de travail sur divers sujets de santé? Nos experts en ménopause peuvent venir vous informer; Renseignez-vous en cliquant ici!

 


LES EMPLOYEURS PEUVENT AIDER - VOICI COMMENT


En raison de la grande diversité des expériences vécues par les femmes, une approche « unique » de la ménopause sur le lieu de travail ne sera pas efficace. Les entreprises ayant un sens aigu de la responsabilité sociale organisationnelle peuvent fournir aux employés des outils éducatifs, de l’information et du soutien en:


• Sensibilisant à l’impact potentiel de la ménopause sur le lieu de travail;

• Fournissant des informations sur la ménopause, par exemple lors de dîners-conférence et journées de mieux-être axés sur la ménopause;

• Fournissant du matériel éducatif imprimé et en ligne sur la ménopause, facilement accessible par les travailleurs et les gestionnaires;

• Informant les femmes des ressources disponibles, par exemple des spécialistes de la ménopause, des
psychothérapeutes, des diététistes, des physiothérapeutes et des entraîneurs personnels qui peuvent les aider à traverser la transition vers la ménopause;

• Mettant en oeuvre des ajustements peu coûteux aux environnements de travail physiques tels que régler la température et assurer une ventilation adéquate, installer des ventilateurs de bureau, donner l’accès à de l’eau potable froide et de la glace, maintenir la propreté des salles de bains, s’assurer que celles-ci soient bien équipées et facilement accessibles, offrir l’accès à des douches réservées aux femmes, des lieux de travail et de repos tranquilles et des salles de mieux-être;

• Permettant le travail à domicile ou la flexibilité des heures de travail (les femmes qui ont des sueurs nocturnes et des difficultés à dormir peuvent être moins productives le matin ou vouloir partir tôt, peut-être reprendre le travail plus tard dans la journée ou le soir);

• Restructurant le travail, par exemple avec des téléconférences au lieu de réunions formelles et du travail à haute visibilité, car les bouffées de chaleur et les sueurs peuvent faire que les femmes se sentent gênées et embarrassées en public;

• Étant plus flexible avec le code vestimentaire et les uniformes (les uniformes faits de fibres naturelles sont plus confortables pour les femmes ayant des sueurs, les différentes couches permettent aux femmes ayant des bouffées de chaleur de retirer quelque chose et de conserver leur apparence professionnelle);

• Partageant les tâches (certaines femmes peuvent être plus productives et performantes avec une charge de travail réduite);

• Intégrant la ménopause dans un programme plus large de santé et de mieux-être;

• Générant un environnement culturel positif pour les femmes ménopausées au travail.

 

 

En savoir plus sur les services de mieux-être des employés

 


La plupart des femmes ne sont pas à l’aise de discuter de la ménopause, surtout si leur superviseur est un homme ou une personne plus jeune. Il est important que les femmes sur le marché du travail trouvent un soutien compréhensif, bienveillant et approprié de la part de leurs gestionnaires et de leurs collègues. Les employeurs peuvent aider en communiquant à leur personnel que les problèmes de santé comme la ménopause sont normaux et qu’il est important d’écouter les femmes.


PROCHAINES ÉTAPES POUR LES FEMMES ET LA MÉNOPAUSE


Les femmes ne devraient pas considérer la ménopause comme quelque chose d’embarrassant, honteux ou tabou. Les femmes ne devraient pas souffrir en silence en croyant qu’elles sont les seules et qu’il n’y a pas de soulagement possible. Il est crucial que les femmes soient assurées que la ménopause n’est pas « dans leur tête », qu’elles ne sont pas seules - des millions de femmes dans le monde traversent la ménopause et ont des symptômes, des inquiétudes et des plaintes similaires. Les femmes ont besoin d’information et d’éducation fondées sur des preuves pour comprendre ce que leur corps subit pendant la transition vers la ménopause, et savoir où trouver un traitement et du soutien.

Les attitudes sociétales à l’égard du vieillissement sont généralement négatives, mais la ménopause peut être un moment positif dans la vie des femmes, associé à la réflexion personnelle, à l’indépendance, au renouvellement de soi, au sentiment d’intimité intérieure, à l’estime de soi et à l’avancement vers la troisième partie de la vie. La ménopause est un bon moment pour les femmes de continuer ou de commencer à adopter des modes de vie plus sains pour prévenir des maladies de vieillissement aggravées par une diminution des œstrogènes, telles que les maladies cardiovasculaires, l’ostéoporose et les fractures osseuses, et la démence.

La ménopause n’est pas une maladie, mais elle affecte les femmes qui en sont atteintes, ainsi que leurs partenaires, leurs enfants, leur famille, leurs amis et leurs collègues. L’impact potentiel de cet événement important de la vie devrait être pris plus au sérieux, et abordé plus ouvertement. Les femmes doivent être conscientes des changements physiques de la ménopause et doivent savoir où se procurer l’éducation, l’information, le traitement et le soutien dont elles ont besoin. Les employeurs peuvent veiller à ce que la ménopause soit mise en évidence dans les campagnes plus larges de sensibilisation à la santé au travail. Des mesures peu coûteuses - telles que des ajustements à l’environnement physique des femmes, fournir de l’information et du soutien, sensibiliser les travailleurs et les gestionnaires à la ménopause - génèrent un environnement culturel positif pour les femmes ménopausées et celles qui travaillent avec elles. Lorsque les employeurs sont bienveillants, cela a un impact positif sur le bénéfice net et les femmes sont soutenues lors de ce changement - une situation gagnant-gagnant. Les femmes doivent être des pédagogues pour changer le lieu de travail - Parlons de la ménopause.

 

Pour chaque dollar investi dans les programmes de santé des employés, les entreprises peuvent s'attendre à des rendements de 4 à 6 $. Apprenez-en plus sur nos services de santé et mieux-être des employés.

Demandez une soumission gratuite

 

À propos de l'auteur

Teresa est une pharmacienne communautaire et pharmacothérapeute ayant plus de 20 ans
d’expérience. Elle est devenue praticienne certifiée en ménopause (NCMP) à la North American Menopause Society (NAMS) parce qu’elle a remarqué que les femmes manquent de connaissances sur la transition vers la ménopause. Sa mission est de sensibiliser, d’éduquer et de permettre aux femmes de prendre des décisions saines pour améliorer leur qualité de vie pendant la ménopause et au-delà.