<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://dc.ads.linkedin.com/collect/?pid=265777&amp;fmt=gif">

QUELQUES CHIFFRES : LES SOINS DE SANTÉ VIRTUELS AU CANADA : LA SOLUTION AU BOUT DES DOIGTS

La révolution de la télémédecine est ici.

- -

Les soins de santé virtuels au Canada

executive virtual carev3

L'ADOPTION DES SOINS DE SANTÉ VIRTUELS

Quand il est question des soins de santé virtuels au Canada, il existe un énorme écart entre la demande actuelle (71 %) et son taux d’adoption actuel (9 %).

De plus, les soins virtuels (accès 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 à des professionnels de la santé depuis n’importe où dans le monde par l’intermédiaire d’un appareil mobile) représentent une solution tangible à la plupart des problèmes systémiques que rencontrent les Canadiens qui doivent traiter avec le système de santé public. Bien que des plateformes numériques robustes donnent des résultats remarquables, seule une petite proportion de Canadiens y a accès.

L’adoption de programmes de soins de santé virtuels constitue une excellente occasion pour les Canadiens — notamment les employeurs, les directeurs des ressources humaines et les conseillers en bénéfices d’entreprise — de susciter un changement important.

 

GettyImages-944229620

Une plus grande adoption aux États-Unis

Chez nos voisins du sud, le portrait des soins de santé virtuels est plus brillant; leur utilisation a doublé de 2016 à 2017 et environ la moitié des travailleurs y ont désormais accès. Au Royaume-Uni, qui a adopté rapidement les soins virtuels grâce aux programmes de télésanté financés par le gouvernement, les soins faisant appel à la technologie affichent la plus forte pénétration par habitant dans la catégorie des 65 ans et plus de tous les marchés dans le monde.
Heureusement, les grands spécialistes de la technologie de la santé prédisent que la révolution des soins de santé numériques connaîtra une croissance marquée au Canada cette année, alimentée par la volonté accrue des institutions d’augmenter la participation des patients et de réduire les coûts.

Voici la réalité des soins de santé au Canada aujourd'hui :

  • 20 % des Canadiens doivent patienter au moins sept jours avant d'obtenir une consultation avec leur médecin
  • 61 % des médecins de famille affirment ne pas être en mesure d'offrir des rendez-vous d'urgence
  • 40 000 Canadiens se rendent à l'urgence chaque année simplement pour renouveler leurs ordonnances
  • 68 % des Canadiens omettent ou évitent les rendez-vous médicaux en raison d'irritants, comme les longs temps d'attente
  • Les Canadiens doivent s'absenter du travail de 2 à 6 jours par année pour des consultations médicales; ce chiffre double pour ceux qui ont des enfants

Seulement 9 % des employeurs canadiens offrent actuellement des soins de santé virtuels.

VCIR landing page FR

TÉLÉCHARGEZ NOTRE RAPPORT SUR LE SECTEUR

Vous désirez en savoir plus? Téléchargez notre rapport complet sur le secteur pour être informé(e) des dernières tendances en matière de soins de santé virtuels.

 

TÉLÉCHARGER LE RAPPORT SUR LE SECTEUR DES SOINS VIRTUELS 2019

« Nous devons profiter des opportunités fournies par la technologie pour optimiser la prestation des soins de santé aux Canadiens – et les soins de santé virtuels constituent un véhicule pour ce changement. »

Dr Sheldon Elman, chef de la direction, Groupe Santé Medisys.

- -

Contexte : échec de lancement

Bien que l’innovation et l’adoption de la technologie aient radicalement transformé la plupart des secteurs au Canada au cours de la dernière décennie, le système de santé public — secteur qui concerne tous les Canadiens — n’a pas été touché par un tel changement.
Il y a sept ans, le Conference Board du Canada a publié ses préoccupations au sujet du système de santé public du pays dans un rapport intitulé The Inconvenient Truths About Canadian Health Care, soulignant l’incapacité de celui-ci à utiliser efficacement les technologies novatrices et les outils de gestion modernes pour devenir plus efficace.
Quels progrès technologiques marqués avons-nous observés depuis? En bref : pas assez.
Dans le cadre du Sommet de l’Association médicale canadienne (AMC) sur la santé, tenu en août 2018, Brian Brodie, président du conseil d’administration de l’AMC, a formulé la mise en garde suivante : « Nous, les intervenants établis, les fournisseurs, les payeurs et les décideurs, avons été lents et un peu réfractaires à la perturbation… tout le principe de l’innovation perturbatrice réside dans le fait que si je continue de faire ce que je faisais avant pour arriver où je suis, cela me mènera ultimement à mon déclin. Je dois donc désapprendre et m’adapter au monde en évolution. »
Malheureusement, certains irritants, comme les attentes prolongées et la difficulté de prendre des congés pour des rendez-vous médicaux, conduisent encore de nombreux Canadiens à retarder ou à éviter les consultations auprès des médecins, tandis qu’un grand nombre des 4,5 millions de résidents canadiens qui n’ont pas de médecin de famille se tournent vers les cliniques bondées ou les services d’urgences pour des problèmes courants.
Voilà la réalité des soins de santé au Canada aujourd’hui, bien qu’on estime que jusqu’à 70 % des visites à l’urgence et en clinique pourraient être remplacées par des consultations virtuelles sans que cela ait d’incidence sur la qualité des soins.

- -

Soins de santé virtuels au Canada : résultats de l'étude

La révolution de la télémédecine

Le besoin en matière de soins de santé virtuels est peut-être évident, mais les Canadiens sont-ils prêts à troquer des consultations en personne auprès de leur médecin pour des consultations par écrans interposés? Sont-ils prêts à adopter les soins numériques?
À la fin de 2018, le Groupe Santé Medisys a commandé une étude sur les soins de santé virtuels au Canada pour évaluer les opinions sur les services de soins de santé faisant appel à la technologie. Les résultats parlent d’eux-mêmes :
  • 2 Canadiens sur 3 utiliseraient des soins de santé virtuels s'ils étaient couverts par leur régime d'avantages sociaux
  • 71% des Canadiens sont prêts à renoncer à certains de leurs avantages actuels au profit de soins de santé virtuels 

  • 67% des milléniaux souhaitent avoir accès à des soins de santé virtuels

  • 69% des parents et des aidants souhaitent avoir accès à des soins de santé virtuels

  • 70% des personnes qui vivent avec une maladie chronique souhaitent avoir accès à des soins de santé virtuels

  • 1 Canadien sur 3 dit qu'il débourserait de l'argent pour avoir accès à des soins de santé virtuels

 

Les soins de santé virtuels pour vos employés

24 heures par jour, 365 jours par an, de n'importe où dans le monde.

EN SAVOIR PLUS SUR LES SOINS VIRTUELS
Sans surprise, les participants de l’étude ont dit que les principaux avantages des soins de santé virtuels sont l’accès aux soins tard en soirée et les fins de semaine (67 %), la commodité (66 %), le fait d’éviter les temps d’attente croissants à l’urgence en soirée pour des problèmes de santé mineurs (62 %), une diminution des absences au travail (47 %), des consultations régulières avec un professionnel de la santé (45 %) et une diminution du stress (29 %).
Néanmoins, seulement 9 % des employeurs canadiens offrent actuellement des services de soins de santé virtuels à leurs employés.
Dans le cadre d’un autre sondage récent réalisé par IPSOS, le plus important fournisseur du Canada en matière de recherche sur l’opinion publique, 69 % des Canadiens interrogés ont dit qu’ils utiliseraient des soins de santé virtuels au lieu des consultations en clinique ou pour les compléter.

 

L'étude sur les soins de santé virtuels

L'étude canadienne sur les soins de santé virtuels, commandée par Groupe Santé Medisys et menée en collaboration avec Edelman par l'intermédiaire du groupe d'experts LegerWeb, a été réalisée entre le 28 août et le 4 septembre 2018. L'étude a été menée auprès de 1 501 Canadiens bénéficiant d'avantage sociaux pour les employés, âgés de 18 ans et plus et vivant à l'extérieur du Manitoba et du Saskatchewan. Le sondage était offert en anglais et en français. Les résultats ont été rapportés avec une marge d'erreur de +/- 2,5 % à un intervalle de confiance de 95 %.

 

- -

Soins de santé virtuels : avantage pour les entreprises

Les soins de santé virtuels sont-ils un bon investissement pour les employeurs?

Dans le bassin concurrentiel actuel des travailleurs, il est crucial de comprendre les motivations et les attentes des employés pour avoir du succès en affaires. Des études montrent que les employés veulent des régimes d’assurance maladie personnalisables et axés sur la prévention, qui font gagner du temps, qui aident à concilier le travail et la vie personnelle et qui donnent un accès rapide aux soins de santé pour leur famille.
Étant donné que le temps passé devant un écran de téléphone intelligent a augmenté de 60 % depuis trois ans et que 72 % des utilisateurs de téléphone intelligent surveillent leur santé par l’intermédiaire de leur appareil, il n’est pas surprenant d’apprendre que la plupart des employés canadiens souhaitent avoir un accès à des services de soins virtuels pour compléter les consultations en personne avec leurs médecins.
Cependant, les entreprises socialement responsables offrent également des avantages sociaux pour assurer leur rentabilité : chaque année, l’absentéisme des employés pour des raisons de santé entraîne des pertes directes de revenus estimées à 16 milliards de dollars ou plus pour les employeurs. Chaque personne prenant de 2 à 6 jours de congé par année (chiffre qui double pour ceux qui ont des enfants) pour des visites chez le médecin et chaque visite de cinq minutes demandant environ deux heures à l’extérieur du lieu de travail, les avantages financiers liés aux soins de santé virtuels représentent des économies annuelles de milliers de dollars par employé, surtout grâce à une réduction de l’absentéisme.
Par ailleurs, de nombreux employés pensent devoir compenser leur absence en travaillant les soirs et les fins de semaine, ce qui peut grandement contribuer à l’apparition de problèmes découlant du stress. De plus, on estime que 60 % de l’absentéisme est lié au stress et que le coût direct du stress pour les employeurs est environ de 600 $ par employé ou de 3,5 millions de dollars annuellement pour un gros employeur typique. Bien sûr, nous savons que les employés stressés en manque de sommeil prennent également de mauvaises décisions professionnelles par rapport à ceux dont la santé mentale est une priorité.
Finalement, alors que les entreprises investissent d’importantes ressources pour offrir des bénéfices liés à la santé à leurs employés, il y a un écart important entre l’offre et ce que les employés veulent et ce dont ils ont besoin. Selon un nouveau rapport de la Harvard Business School, cet écart entraîne « des coûts cachés représentant des millions de dollars pour les entreprises en raison du roulement de personnel, de la perte de savoir organisationnel et de l’embauche temporaire, en plus des coûts de productivité substantiels liés à l’absentéisme et au présentéisme. »