<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://dc.ads.linkedin.com/collect/?pid=265777&amp;fmt=gif">

Ressources

Vaccin contre la grippe : mythes et faits

Par Medisys le October 01 2019 | Santé Physique

Chaque année, au Canada, la grippe entraîne plus de 12 000 hospitalisations et quelque 3 500 décès. Alors que la plupart des gens se remettent de la grippe en une semaine environ, des complications graves et potentiellement mortelles peuvent survenir chez certaines personnes. C’est particulièrement le cas pour les populations vulnérables comme les nourrissons, les jeunes enfants, les personnes âgées, les femmes enceintes et les personnes qui présentent des maladies sous-jacentes.

Comme le virus de la grippe mute (se transforme) rapidement, un nouveau vaccin doit être mis au point chaque année. Le vaccin testé est ensuite produit et administré aux patients pour les protéger contre les nouvelles souches en circulation. Environ le tiers des Canadiens reçoivent le vaccin chaque année, ce qui signifie que près des deux tiers d’entre eux y renoncent. Pourquoi tant de Canadiens choisissent-ils de ne pas recevoir ce vaccin sûr, susceptible de sauver des vies? Plusieurs personnes ne veulent simplement pas subir le dérangement occasionné par une visite chez leur médecin, alors que d’autres se soustraient à la vaccination parce qu’elles croient à certains mythes. Examinons d’un peu plus près certains de ces mythes.


MYTHE NO 1 : LE VACCIN CONTRE LA GRIPPE N’EST PAS SÉCURITAIRE

La vaccination est l’un des domaines de la médecine moderne qui ont été le plus largement étudiés. Chaque année, le vaccin contre la grippe fait l’objet d’études approfondies avant que son emploi soit approuvé, pour garantir son innocuité; il est aussi soumis à une étroite surveillance dès qu’il commence à être administré au public. Il est prouvé que le vaccin contre la grippe est sûr chez les personnes de plus de six mois; il est uniquement contre-indiqué dans certains cas très précis (p. ex., réaction allergique potentiellement mortelle à l’un des ingrédients du vaccin, comme les oeufs ou la gélatine, ou antécédents de syndrome de Guillain-Barré). Les réactions indésirables graves associées à l’administration du vaccin contre le virus de la grippe sont extrêmement rares; en particulier, le risque de syndrome de Guillain-Barré est extrêmement faible (environ un par million de doses). Les effets indésirables le plus fréquemment associés au vaccin contre la grippe sont une légère sensibilité (jusqu’à 64 % des cas) et une enflure autour du point d’injection, et dans certains cas, une légère fièvre, un inconfort, ou des douleurs musculaires. Ces symptômes sont plus courants lors de la première administration du vaccin.

 

Il n'est pas toujours facile de déterminer si nous souffrons d'un rhume ou de la grippe. Communiquez instantanément avec des cliniciens grâce à Medisys sur demande.

EN SAVOIR PLUS SUR LES SOINS VIRTUELS

 

MYTHE NO 2 : LA GRIPPE N’EST PAS UNE MALADIE GRAVE

Il est vrai que la plupart des personnes en bonne santé récupéreront d’une grippe en 7 à 10 jours. Cependant, certaines personnes présenteront des symptômes plus graves ou des complications comme une sinusite ou une otite; une pneumonie; une inflammation du tissu cardiaque (myocardite), cérébral (encéphalite) ou musculaire (myosite, rhabdomyolyse); voire une défaillance multiviscérale (p. ex., insuffisance respiratoire ou rénale). Les infections des voies respiratoires associées à la grippe peuvent également déclencher une réaction inflammatoire extrême pouvant entraîner un sepsis, une infection généralisée potentiellement mortelle. La grippe peut aussi aggraver une affection chronique. Par exemple, les personnes asthmatiques peuvent être victimes de sévères crises d’asthme lorsqu’elles sont grippées, et l’infection grippale peut déclencher l’aggravation de maladies du coeur chroniques.

 

MYTHE NO 3 : IL EST INUTILE DE SE FAIRE REVACCINER; UNE FOIS SUFFIT

Le virus de la grippe mute d’une année à l’autre, ce qui explique qu’un nouveau vaccin est mis au point chaque année. La vaccination annuelle est nécessaire pour conférer une protection contre les souches les plus susceptibles d’entraîner l’éclosion d’infections grippales au cours de l’année en cours.

 

MYTHE NO4 : SI VOUS AVEZ EU LA GRIPPE DURANT LA SAISON, LE VACCIN NE SERT À RIEN

Plus de 100 virus différents peuvent causer des symptômes rappelant ceux de la grippe. À moins qu’un médecin ait fait analyser un prélèvement nasal pour identifier la souche du virus à l’origine de votre maladie, vous ne pouvez pas savoir si votre infection était grippale (et par conséquent si vous êtes immunisé contre la grippe). Et même si vous avez eu la grippe, il est très probable que vous ayez été infecté par une seule souche du virus. Vous pourriez donc contracter une autre infection causée par d’autres souches du virus de la grippe. Au cours de la saison grippale de 2019, au moins quatre souches sont en circulation : H3N2, H1N1 et deux souches du virus de la grippe B. L’exposition à l’une de ces souches n’empêche pas d’être infecté par d’autres souches du virus; le vaccin contre la grippe confère une protection contre les formes du virus de la grippe auxquelles vous n’avez pas encore été exposé.


MYTHE NO 5 : LE VACCIN CONTRE LA GRIPPE N’EST PAS EFFICACE

Le vaccin contre la grippe est mis au point pour offrir une protection contre les souches du virus les plus répandues au cours d’une année donnée. Plusieurs souches du virus de la grippe circulent en permanence, ce qui explique que des personnes vaccinées puissent tout de même attraper la grippe. La vaccination diminue considérablement le risque de contracter la grippe au cours d’une année donnée, sans toutefois l’annuler complètement. Plus important encore, la vaccination annuelle contre la grippe est extrêmement importante et efficace pour prévenir la propagation du virus aux membres les plus vulnérables de la collectivité.

 

 

Cette saison, protégez-vous et protégez les autres.

Télécharger le guide infographique sur la grippe

 

 

MYTHE NO 6 : LE VACCIN PEUT DONNER LA GRIPPE

Le vaccin injectable contre la grippe ne contient pas de virus de la grippe vivant; il ne peut donc pas vous rendre malade. Certaines personnes se sentent courbaturées ou légèrement fiévreuses après avoir reçu le vaccin, mais ces symptômes légers ne sont pas causés par la grippe. Il est important de comprendre qu’il faut environ une ou deux semaines pour que le vaccin confère sa pleine protection, le temps que notre organisme fabrique des anticorps; il est donc possible de contracter la grippe peu après avoir été vacciné. Certains croient alors que c’est le vaccin qui les a rendus malades, mais ce n’est pas le cas.

 

MYTHE NO 7 : IL EST PRÉFÉRABLE D’ACQUÉRIR UNE IMMUNITÉ NATURELLE; LA VACCINATION ANNUELLE AFFAIBLIT LE SYSTÈME IMMUNITAIRE

Une étude qui visait à déterminer si la vaccination annuelle contre la grippe (influenza) pouvait affaiblir les défenses naturelles de notre organisme contre la maladie et dont les résultats ont été publiés le 1er mars 2017 dans la revue The Journal of Infectious Diseases a conclu que la vaccination annuelle contre la grippe n’affaiblit pas le système immunitaire. Au contraire, l’étude a montré que la réponse immunitaire contre l’influenza était plus forte chez les personnes qui se faisaient vacciner chaque année que chez celles qui avait le reçu le vaccin une seule fois.

 

MYTHE NO 8 : LE VACCIN CONTRE LA GRIPPE EST DANGEREUX POUR LES FEMMES ENCEINTES OU QUI ALLAITENT

Non seulement le vaccin injectable contre la grippe est sans danger pour les femmes enceintes ou qui allaitent, mais il joue un rôle particulièrement important chez les femmes enceintes, car leur système immunitaire est affaibli. Les femmes enceintes ne doivent toutefois pas recevoir le vaccin antigrippal en aérosol nasal (vaporisateur nasal), car il s’agit d’un vaccin vivant. La grossesse impose des contraintes supplémentaires à l’organisme, ce qui peut augmenter le risque de complications de la grippe. Comparativement aux autres femmes, celles qui sont enceintes présentent un taux supérieur de complications et d’hospitalisation associées à la grippe. Après le premier trimestre de grossesse, le nombre d’hospitalisations augmente à mesure que la grossesse progresse. Les femmes d’âge maternel avancé et les femmes qui portent plusieurs foetus présentent un risque particulièrement élevé de complications de la grippe. Si votre accouchement estprévu durant la saison grippale, les anticorps qui seront produits après l’administration de votre vaccin contre la grippe seront transmis au bébé durant la grossesse (puis dans le lait maternel), protégeant du même coup la mère et l’enfant.

 

La vaccination annuelle constitue la meilleure protection contre la grippe. Vous trouverez ci-dessous quelques conseils supplémentaires pour accroître votre protection :

  • Lavez-vous souvent les mains avec de l’eau et du savon;
  • Évitez de vous toucher les yeux, le nez et la bouche, car les germes se propagent de cette façon;
  • Éternuez dans le pli de votre bras ou votre manche;
  • Lavez-vous les mains après vous être mouché ou essuyé le nez à l’aide d’un mouchoir;
  • Si vous vous sentez malade, restez chez vous et évitez les endroits où il y a beaucoup de gens.

Cet automne, faites-vous vacciner contre la grippe.

 

Sources :
https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/maladies/grippe-influenza.html
https://www.cdc.gov/flu/index.htm
https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/82-624-x/2015001/article/14218-fra.htm
https://www.fraserhealth.ca/health-topics-a-to-z/immunizations/immunization-basics/facts-vs-myths#.XP5nC4hKiUk
https://www.publichealth.org/public-awareness/understanding-vaccines/vaccine-mythsdebunked/
https://www.who.int/fr/influenza/spotlight/5-myths-about-the-flu-vaccine
https://well.blogs.nytimes.com/2013/01/16/ask-well-do-i-need-a-flu-shot-if-ive-had-the-flu/
https://www.health.harvard.edu/diseases-and-conditions/10-flu-myths